Hommage à Monique Schlienger

Monique Schlienger

Si elle ne finissait jamais ses phrases, c’est que mille créations jaillissaient de sa tête. Si elle perdait parfois un objet, c’est parce qu’une idée accaparait son esprit. Un esprit qu’elle avait vif, joyeux et généreux. Pas de secret de parfumeurs chez Monique, elle donnait tout à ses élèves et apprentis : évocations, astuces, anecdotes… Il faut dire qu’en créant Cinquième Sens, elle en a formé du monde. Il fallait du caractère pour s’imposer comme femme dans ce milieu à l’époque. Elle le fit avec pugnacité, créativité et bienveillance. La parfumerie lui doit beaucoup : pyramide olfactive, pédagogie, de belles formules – le Vetiver original d’Annick Goutal, les Triplés, Emilio Robba… Elle est partie en 2016, comme tant d’artistes de référence, discrètement nous laissant tous, élèves et collaboratrices, tristement orphelins.

Enregistrer

1 pensée sur “Hommage à Monique Schlienger”

  1. Oui, Aurélie, nous sommes une petite foule d’orphelins terriblement tristes, qui avons tout appris de Monique, notre Maître, dans le sens le plus plein du terme. Quelle chance nous avons eue, que de rencontres, de révélations, de joies partagées, de découvertes dans son jardin, de fous rires, de travail intense qui n’en était plus… Quelle générosité, quelle curiosité et quel enthousiasme pour nous faire découvrir ce monde si particulier et si précieux.
    Ah notre Monique, quelle chance nous avons eue!
    Pamela

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *