Fragolane®, Symrise (molécule)

Je ne suis pas radine, mais il y a 2 choses dans la vie que j’économise de façon ridicule :

– les mouchoirs : étant allergique, ma consommation est énorme et j’ai la fâcheuse tendance à les faire sécher pour les réutiliser au lieu de les jeter, pour le plus grand bonheur de mon entourage.

– les chewing gums ! Petite, je pouvais pouvais tenir 3-4 jours en découpant une tablette. Et bien sûr, je les gardais en bouche toute une journée, en prenant bien soin de le mettre sur un côté de mon assiette à midi… Bref, quand je prends un malabar, je suis bien frustrée par la disparition rapide du goût. Avez-vous remarqué comme on s’énerve vite avec un malabar tout mâché ? Au bout d’une heure, ça fait mal à la mâchoire, tellement on l’a mastiqué dans tous les sens !

Si cette impression avait une odeur, ce serait le Fragolane® : une odeur de fraise/mentholée mais assez timide comme un chewing gum tout passé. Il y a quelquechose de vert aussi, comme une pomme grany smith. En fond, il devient presque aromatique comme une menthe citrata.

Un parfum de régression…

Azarbre®, Quest/Givaudan (molécule)

C’est drôle comme la mémoire peut nous jouer des tours… Lorsque j’ai senti cette matière, j’ai tout de suite pensé à la maison de ma grand-mère en Bourgogne, je me revoyais avec mon frère mais incapable de dire pourquoi… Alors j’ai tatonné : ça fait poussiéreux, iris … Des vieux rideaux de velours ? mouais … mais il n’y a pas que ça : une odeur camphrée, renfermée, une cave  ? Mais non, je n’avais pas de cave à Leugny… Il y a aussi quelquechose d’animal : comme une selle de cheval, ou plutôt une brosse à cheval, l’odeur du crin de cheval… Ah, là je sens que je me rapproche … Sauf que j’ai rarement fait du cheval là-bas ! Et tout à coup, ça y est, lumière, ça m’est revenu : l’odeur de la paille dans la cage à lapin ! Je me revois en train de « chopper » le pauvre lapin par le cou pour le humer avant de faire une partie de billes avec ses crottes… Je devais avoir 5 ans… Merci petit Azarbre de m’avoir rappelé ce souvenir d’enfance !

Et en parfum ? … Il peut souligner les ionones en apportant une touche boisée…Par contre, qu’est-il devenu ? Est-ce que Givaudan l’a repris ou a un équivalent ? Quelqu’un sait ?

Rue, Esencias Lozano (essence bio)

Hum, une matière naturelle qui stimule les papilles, c’est rare ! Une note très printanière et gaie : verte, fraîche. C’est la note de fraîcheur saine qu’on apprécie lorsque par exemple dans un mariage on tombe sur une vraie salade de fruits frais au milieu de petits fours trop gras : ananas, pomme, rhubarbe, et une dominante de poire : on a vraiment l’impression de croquer dans une poire et sentir les petits grains dans la bouche, le jus couler le long de la joue. Il y a quelquechose aussi de très féminin, et vert, (feuillage vert ou un galbanum très vert fluo)… et en plus c’est bio!…

Ajonc d’Europe

Ah la Bretagne ! Je reviens d’un petit weekend vers Saint Malo (merci les ponts du mois de mai !) et ai découvert une très belle fleur… En me promenant le long de la pointe du Groin, je me disais c’est drôle ça sent la noix de coco ici ! Je pensais que c’était qq’1 qui s’était parfumée au monoï mais non, c’est bien cet arbuste fleuri jaune qui diffuse cet incroyable odeur d’ambre solaire, de fruits exotiques, de coco verte, une tubéreuse-base de schiff pas chimique ! Elle incarne tout à fait ce qu’on entend par « Solaire », ce fameux mot qu’on voit partout dans les dossiers de presse ! On s’imaginerait plus sentir ça dans les îles avec une petite Pina Colada glacée dans les mains… mais non, on est bien sous le ciel gris de la Bretagne !

A ma connaissance, cette fleur n’est pas utilisée en parfumerie, (enfin peut-être, l’avez-vous déjà vue ?) il faut dire aussi que ses pétales sont petites et en plus elle est couverte de piquants, la coquine… Mais ce serait pas mal d’essayer de la reproduire en spécialité !… Dommage que son nom ne soit pas très glamour, Ajonc d’Europe, c’est sûr, ça fait pas trop rêver ! …

Farenal (molécule)

J’aime bien le Farenal car il est assez changeant… En le sentant à l’aveugle à différents moments, je me rends compte que je n’ai pas du tout la même évocation… Comme quoi il faut vraiment sentir 2 ou 3 fois en espaçant dans le temps une matière avant de l’apprivoiser !

La première fois, je suis rentrée dans la note par son côté aldéhydé, fart de ski (Jean Claude Dusse, où es-tu ?), orangé légèrement marin. Une autre fois, je sentais une note Eau Ecarlate un peu whisky qui nous invite à y mettre un coup de coca (côté cannelle) (eh eh, ça devait être un lendemain de soirée ça !…). Et ce matin, en la ressentant, je me voyais chez ma grand-mère après le café quand elle apportait l’eau de vie de poire et qu’on piquait un sucre pour y faire un canard … Sa note poire juteuse et alcoolique m’a rendue presque nostalgique ! …Piouh !

En tout cas, c’est très tenace, très puissant. En compo, on dit que le farenal fait briller les fleurs et les rafraîchit, souligne les hespéridés, va bien avec des notes ambrées et encens, dans un accord vert, renforce le côté feuille.

Datilat®, Symrise, (molécule)

Retour en enfance, vous vous souvenez de cette tête de poupée qu’on pouvait maquiller ? Ben le Datilat c’est ça pour moi, l’odeur de plastique, de poupée neuve, avec ses cheveux bien blonds et bien naturels !!! Mais le Datilat a aussi un parfum légèrement fruité : pomme, poire, prune. Si on cherche bien, il y a même un effet alcool de prune, brandy … Tiens, un message sublimal pour les enfants ? Buvez, buvez quand vous serez grands ! …

Ce genre de notes peut bien s’associer avec les fleurs, comme pour faire une rose très propre (Chloé par exemple qui pour moi sent la poupée Barbie à plein nez !)

Cape Snow Bush®, Robertet (spécialité)

Alors, là voilà une matière curieuse … Rien que le nom … qui ne me parle pas des masses ! Mais quand je vois qu’on le classe en fruité ??? je cherche toujours le fruit … Une pomme ? très vieille alors, non ? Moi je le sens plutôt très camphré, résiné, comme un bonbon des Vosges, il a cette note sucrée, miellée lorsqu’une aiguille de pin a trop longtemps pris le soleil et qu’il dégage des notes aromatiques caramélisées… Puis arrive quelquechose de caoutchouc, un 4×4 qui déboule dans une pinède ? En fond, il devient très poudré poussière, avec une petite acidité (verveine ?) et encens…

Rue, Esencias Lozano (essence)

Une matière trompeuse : une odeur de poire, un côté très vert tige et pourtant c’est un aromate ! Cette jolie matière évoque le trou normand : une odeur assez féminine en somme car elle évoque une compotée d’ananas-pomme-rhubarbe-poire assez fraîche, printanière, un petit effet feuillage vert. Sur la fin l’effet rhubarbe peut être un peu strident.

Peut être une bonne alternative pour égayer le coeur d’un parfum trop terne !

Oxane®, Firmenich (molécule)

Quelle étrange matière, l’Oxane … et difficile à classer par la richesse de ses facettes ! Un départ hespéridée lorsqu’on la sent de loin avec son effet pamplemousse. Puis en se rapprochant, elle prend une étonnante odeur de sueur, très métallique, cela nous prend presque à la gorge. Une de mes copines trouve que ça sent le sang, par son côté ferreux, ce n’est pas faux ! Ensuite on découvre un effet vert, râpeux, tondeuse à gazon qui se transforme en goudron chaud, un peu brûlé. Il reste tout de même quelque chose de surprenant : une petite note fruitée derrière tout cela : un effet exotique ? bourgeon de cassis ? qui dénote par son côté acidulé… Utile pour faire tenir une note muguet, rose ou jasmin.

Et dire que certains appellent leur enfant Oxane … Pas sympa ça !

Hexalon, IFF (molécule)

Je sens cette molécule et je suis immédiatement replongée dans mon enfance, en train de sentir une gomme d’écolier. Cette gomme d’enfant parfumée à un fruit indéfinissable (comme la soeur de Charlotte aux fraises, Croque Pomme ?). Cela va chercher le pruneau sec, ou le figolu en moins sucré. Reste cette formidable odeur de plastique qui rappelle les sandales qu’on nous oblige à mettre en colo quand on va marcher sur les rochers en bord de mer…Enfin, un effet fleuri frais laisse la place à un fond un peu plus animal (petit côté croute de fromage), mousse de chêne…