Azarbre®, Quest/Givaudan (molécule)

C’est drôle comme la mémoire peut nous jouer des tours… Lorsque j’ai senti cette matière, j’ai tout de suite pensé à la maison de ma grand-mère en Bourgogne, je me revoyais avec mon frère mais incapable de dire pourquoi… Alors j’ai tatonné : ça fait poussiéreux, iris … Des vieux rideaux de velours ? mouais … mais il n’y a pas que ça : une odeur camphrée, renfermée, une cave  ? Mais non, je n’avais pas de cave à Leugny… Il y a aussi quelquechose d’animal : comme une selle de cheval, ou plutôt une brosse à cheval, l’odeur du crin de cheval… Ah, là je sens que je me rapproche … Sauf que j’ai rarement fait du cheval là-bas ! Et tout à coup, ça y est, lumière, ça m’est revenu : l’odeur de la paille dans la cage à lapin ! Je me revois en train de « chopper » le pauvre lapin par le cou pour le humer avant de faire une partie de billes avec ses crottes… Je devais avoir 5 ans… Merci petit Azarbre de m’avoir rappelé ce souvenir d’enfance !

Et en parfum ? … Il peut souligner les ionones en apportant une touche boisée…Par contre, qu’est-il devenu ? Est-ce que Givaudan l’a repris ou a un équivalent ? Quelqu’un sait ?

Calamus, (essence)

Clac, fait la porte de la vieille Opel ! Hum la bonne vieille odeur de renfermé d’un intérieur cuir qui s’est patiné avec le temps et imprégné de tout ce qui rentre dans l’habitacle : fumée de cigarette, terre, les relents du tapis de moquette que l’on piétine sous le volant, l’odeur de daim des isotoners (ceux en cuir beige à petits trous) que l’on glisse dans la boîte à gants, la carte de la France qui a commencé à moisir, il manquerait presque la moumoute ! C’est exactement l’odeur qui nous a tous traumatisés en vacances, dès qu’il faut faire un peu de route dans la voiture de ses grands-parents ! Et pourtant, ce calamus a quelquechose de féminin, de sensuel, en tête il est presque frais, hespéridé, camphré, effet qui part pour laisser place à cette note voiture ! … Idéal dans un bon vieux chypre cuir !

Valériane, Payan & Bertrand (essence)

Une double sensation, comme un effet kiss cool : en premier l’agréable odeur de l’eucalyptus, camphrée, fraîche puis arrive d’un coup cette étonnante senteur de pied… voire même le pied de clochard…une odeur très animale. Cette drôle d’association rappelle l’odeur d’un suppositoire qui a fait son effet dans une couche…

Peut être intéressant pour réaliser un aromatique sensuel ?