Lotus, Sesti (absolu)

Rien qu’en entendant ce nom, Lotus, on voyage …Pourtant elle est bien timide cette matière, il faut savoir lui laisser du temps pour qu’elle s’exprime : on commence par un effet poudré, mimosa sans le côté amandé, carton (comme le lentisque) mais d’un autre vert : un vert plus aqueux, plus salé, sans aller non plus chercher la feuille de violette. On se rapproche plus d’une note thé : des feuilles de thé mouillées, un thé au jasmin passé. Pas facile à mémoriser tout ça ! …Peut-être qu’on peut s’en souvenir en l’associant à l’odeur du papier imprimé ? une bande dessinée ? au hasard … un Tintin ?

Narcisse, LMR (absolu)

Quel nom prometteur pour une matière première ! C’est vrai qu’on n’imagine pas une note timide pour le Narcisse, et elle ne nous déçoit pas : elle possède des accents violents de tubéreuse (par son côté fruité, terreux, et gras), d’autres d’oeillet (par sa note poudrée cuir), et enfin de jonquille (effet carton sec). C’est définitivement une fleur opulente, riche, capiteuse… intéressante car elle a aussi une certaine rusticité d’homme.

Cassie Egypte, LMR (Absolu)

Une véritable odeur de toile de jute : une odeur de carton mouillé, de papier, de cuir, c’est à la fois sec comme de la paille et gras comme de l’huile d’arachide. On pourrait aussi y trouver une petite odeur métallique, j’imagine bien sentir un wok en fonte chinois avec de l’huile dedans. Un petit wok qu’on emballe de papier journal pour qu’il ne rouille pas !… Cette fleur apporte une note poudrée au parfum.