Azarbre®, Quest/Givaudan (molécule)

C’est drôle comme la mémoire peut nous jouer des tours… Lorsque j’ai senti cette matière, j’ai tout de suite pensé à la maison de ma grand-mère en Bourgogne, je me revoyais avec mon frère mais incapable de dire pourquoi… Alors j’ai tatonné : ça fait poussiéreux, iris … Des vieux rideaux de velours ? mouais … mais il n’y a pas que ça : une odeur camphrée, renfermée, une cave  ? Mais non, je n’avais pas de cave à Leugny… Il y a aussi quelquechose d’animal : comme une selle de cheval, ou plutôt une brosse à cheval, l’odeur du crin de cheval… Ah, là je sens que je me rapproche … Sauf que j’ai rarement fait du cheval là-bas ! Et tout à coup, ça y est, lumière, ça m’est revenu : l’odeur de la paille dans la cage à lapin ! Je me revois en train de « chopper » le pauvre lapin par le cou pour le humer avant de faire une partie de billes avec ses crottes… Je devais avoir 5 ans… Merci petit Azarbre de m’avoir rappelé ce souvenir d’enfance !

Et en parfum ? … Il peut souligner les ionones en apportant une touche boisée…Par contre, qu’est-il devenu ? Est-ce que Givaudan l’a repris ou a un équivalent ? Quelqu’un sait ?

Stemone, Givaudan (molécule)

Il y a presque 15 ans, mon mari m’avait offert le Nez du Vin ! C’était un beau cadeau pour un étudiant à l’époque, j’en étais folle, je ne connaissais pas encore toutes les qualités de matière, du coup je trouvais ça génial… Jusqu’au jour où les flacons ont commencé à s’évaporer, dont celui du bouchon… embaumant mon petit salon parisien d’une délicieuse odeur de moisi…

Quand je sens la Stemone, je retrouve immédiatement cette impression de rentrer dans une cave un peu humide (un peu comme mon ex chez moi ah ah) avec des notes vertes en plus, entre les tonalités d’un galbanum râpeux et de triplal gazon, un côté frais que donne un effet camphré.

La Stemone permet de donner un côté très naturel à des notes de fleurs comme le muguet ou vertes comme la feuille de  figue, de tomate, et le bourgeon de cassis.