Senteurs d’Australie

10:00, j’ai rdv dans un petit café de Rozelle, quartier bobo de Sydney avec Dimitri. Cela fait 15 ans qu’on se connaît par mail, et par téléphone, mais on ne s’est jamais rencontrés ! Dimitri faisait le même métier que moi en Belgique, avant qu’il ne plaque tout pour s’installer en Australie et créer sa marque Goldfield & Banks Australia.

« Lorsque je suis arrivé en Australie, je me suis rendu compte que le pays était très riche en ingrédients peu exploités en parfums, et qu’il n’existait aucune marque typiquement australienne ». Le créneau était à prendre…

Une mode à venir ? Arquiste vient aussi de lancer son Sydney Rock Pool, allusion aux piscines de mer installées dans les rochers qui font le bonheur des australiens le matin avant d’aller bosser.

Effectivement avec plus de 7 790 000 km2 le pays-continent a de nombreuses ressources et investit dans ses sols. Voici donc un petit tour des odeurs senties ici.

Santal : changement de décor par rapport à l’Inde où le santal est entièrement caché ! On est loin de la distillerie fantôme d’état de Mysore et ses quelques arbres qui se battent en duel. Après la crise du santal dans les années 70 et les recherches qu’on effectué les sociétés de composition, de nouvelles alternatives sont apparues. Après l’ère des molécules : (Polysantol Firmenich, Sandalore et Sandela Givaudan, Bagdanol IFF et plein d’autres encore !..), le santal naturel fut le pari d’investisseurs pour implanter le santalum album en Australie. Celui-ci retrouve les notes lactées et crémeuses de l’indien et se différencie ainsi du spicatum endémique d’Australie, plus « Crocodile Dundee », bref plus « rough »…

Tea tree : Anti-fongique, anti-bacterien, anti-acné, anti-tout, cette plante miracle était bien connue des aborigènes qui la faisaient infuser en tisane. Le capitaine Cook l’a donc ramenée dans son bateau et à Londres, la plante fut naturellement baptisée « arbre à thé ». Mais rien à voir avec la feuille de thé, vous le remarquerez au nez : le tea tree sent le pin, le camphre avec une note boisée : une planche de bois vernis avec de l’eucalyptus !… J’en garderai un petit flacon anti-bobo, on ne sait jamais, pendant un tour du monde en famille, ça peut servir… Les plantations de tea tree se trouvent au nord des New South Wales, (pas bien loin des beaux surfeurs de Byron’s Bay, la ville la plus « cool » d’Australie). Immense… c’est le sentiment lorsqu’on visite toute les plantations du pays, c’est tout de suite une autre échelle ici ! On est loin des petites parcelles disséminées par-ci par-là comme en Indonésie, l’agriculture ici se fait à l’échelle industrielle !…

Boronia : Je n’ai pas eu l’occasion, hélas, de la voir, mais il s’agit d’une fleur que l’on trouve en Australie. Il existe plusieurs variétés, celle utilisée en parfumerie est le megastigma (ou brown Boronia), aux accents fleuris, boisées et légèrement fruités (osmanthus). Il est cultivé dans le sud-ouest du continent.

Eucalyptus : on le trouve partout et sous toutes ses formes ! Eucalyptus globulus (ou Blue gum) que j’avais déjà vu en Chine, c’est la qualité la plus connue. Il a été importé en Chine car le gouvernement l’a utilisé pour construire le chemin de fer du Yunnan. Il sert aujourd’hui pour les parfums ! Mais le gouvernement chinois tente de le réduire car l’arbre est très gourmand en nutriments et appauvrit le sol… (à moins que ce ne soit pour construire d’autres autoroutes ?). Si vous voyez des eucalyptus en Australie, regardez à deux fois leurs cimes, vous y trouverez avec un peu de chance un koala en train de somnoler : ils se nourrissent exclusivement de feuilles d’eucalyptus : ils sont équipés pour digérer leur feuilles toxiques.

Lavande : je savais qu’il y en avait en Tasmanie et j’étais bien surprise d’en trouver sur Kangaroo Island. Deux petites distilleries proposent la visite et commercialisent l’huile essentielle. On peut même manger des glaces à la lavande non loin sur Emu Bay au nord de l’île.

Cyprès bleu (callitris intratropica) le conifère que l’on trouve aussi en Grèce donne une note boisée et mentholée parfois légèrement fumée. Sa particularité : une couleur troublante bleu indigo. On le trouve au nord du pays : Kimberley’s, le Queensland. Lui aussi possède de nombreuses vertus thérapeutiques !

Il y a bien sûr d’autres ingrédients : vanille (comme pratiquement tous les pays que j’ai traversés depuis mon départ ! Car tous s’y mettent pour concurrencer Madagascar !…), des citrus etc…mais il ne faut pas passer à côté de ce qui fait l’odeur star de l’Australie : le Vegemite !

Cette pâte faite à base de levure à l’odeur sucrée trompeuse : c’est en vrai très salé et concentré ! Les australiens en raffolent et la tartinent sur du pain avec du beurre ! Si le Vegemite vous dégoûte (c’est mon cas), « no worries, mate! », vous pourrez toujours vous rabattre sur les Tim Tam, gâteaux au chocolat terriblement addictifs que je mange depuis 2 mois !…

Voilà, on a fait le tour des principales odeurs de l’Australie, histoire de vous donner envie d’y aller… avec en bonus un petit aperçu de la Great Ocean Road, route mythique que certains apprécient de faire en Harley, n’est-ce pas David Frossard ? 😉

Suivez le Tour du monde olfactif sur :  

Facebook : https://www.facebook.com/Lagenceduparfum/

Instagram : http://instagram.com/lemuscetlaplume

Valériane, Payan & Bertrand (essence)

Une double sensation, comme un effet kiss cool : en premier l’agréable odeur de l’eucalyptus, camphrée, fraîche puis arrive d’un coup cette étonnante senteur de pied… voire même le pied de clochard…une odeur très animale. Cette drôle d’association rappelle l’odeur d’un suppositoire qui a fait son effet dans une couche…

Peut être intéressant pour réaliser un aromatique sensuel ?