Datilat®, Symrise, (molécule)

Retour en enfance, vous vous souvenez de cette tête de poupée qu’on pouvait maquiller ? Ben le Datilat c’est ça pour moi, l’odeur de plastique, de poupée neuve, avec ses cheveux bien blonds et bien naturels !!! Mais le Datilat a aussi un parfum légèrement fruité : pomme, poire, prune. Si on cherche bien, il y a même un effet alcool de prune, brandy … Tiens, un message sublimal pour les enfants ? Buvez, buvez quand vous serez grands ! …

Ce genre de notes peut bien s’associer avec les fleurs, comme pour faire une rose très propre (Chloé par exemple qui pour moi sent la poupée Barbie à plein nez !)

Claritone®, Symrise, molécule

Poupée au pamplemousse  ! Cette note rappelle étrangement les cheveux de Barbie avec tout ce qu’il y a de plastique synthétique, en plus des accents hespéridés citron, pamplemousse, voire même verveine, citronnelle. Ca me rappelle aussi les glaces pour enfants : les Kim Pousse (oui, je sais c’est vieux, ça), hum cet arôme bien chimique de citron amer détergent acidulé. Après quelques heures, il rejoins un peu la pomme verte.

En compo, il apporte une note fraîche, herbale, fruitée.

Florhydral, Givaudan (molécule)

Kzzz ! C’est l’effet que procure cette molécule à premier nez ! Son odeur de court circuit électrique rappelle quand on enlève un pull après s’être séché les cheveux. Très aldéhydé avec une pointe de citron, très froid, métallique, la note se développe en note fleurie frais plus grasse, on sent presque un effet huile, voire plastique. Cette note est extrêmement tenace (en théorie, une semaine sur touche, je veux bien le croire !). Après quelques heures, elle apporte un effet marin (mais dans le sens ozonique et non iodé)…

En composition, on appréciera sa ténacité et son côté propre.

Hexalon, IFF (molécule)

Je sens cette molécule et je suis immédiatement replongée dans mon enfance, en train de sentir une gomme d’écolier. Cette gomme d’enfant parfumée à un fruit indéfinissable (comme la soeur de Charlotte aux fraises, Croque Pomme ?). Cela va chercher le pruneau sec, ou le figolu en moins sucré. Reste cette formidable odeur de plastique qui rappelle les sandales qu’on nous oblige à mettre en colo quand on va marcher sur les rochers en bord de mer…Enfin, un effet fleuri frais laisse la place à un fond un peu plus animal (petit côté croute de fromage), mousse de chêne…