Son, Robertet (absolu)

Un bois au beurre, voilà l’impression que me donne cette délicieuse matière : le son. Un bois qu’on éplucherait, dont on sentirait bien les copeaux, les rainures, le côté sec, et qu’on enduirait de beurre pour le frire dans une poêle. Le son possède à la fois une note très sèche de paille, de foin mais avec une petite note sucrée, beurrée qu’on peut aussi trouver dans le mais qui lui confère des accents un peu gourmands… Ham ! Mais après quelques minutes, une légère odeur de tabac froid apparaît, histoire de se couper l’appétit…

Amberketal®, Givaudan (molécule)

Dans la série des bois ambrés stridents qui ne sont pas faciles à différencier, il y a l’Amberketal… Qui n’a jamais passé une nuit au Rex dans les années 90 ? Pour moi c’est ça : l’odeur de sueur acide, de clopes qui colle à la peau et reste dans les cheveux, une vague odeur de fond de gin ! … L’Amberketal, c’est le goût et l’odeur d’un lendemain de boîte de nuit, ambiance auberge espagnole : Hola, (amber) que tal ?

Calamus, (essence)

Clac, fait la porte de la vieille Opel ! Hum la bonne vieille odeur de renfermé d’un intérieur cuir qui s’est patiné avec le temps et imprégné de tout ce qui rentre dans l’habitacle : fumée de cigarette, terre, les relents du tapis de moquette que l’on piétine sous le volant, l’odeur de daim des isotoners (ceux en cuir beige à petits trous) que l’on glisse dans la boîte à gants, la carte de la France qui a commencé à moisir, il manquerait presque la moumoute ! C’est exactement l’odeur qui nous a tous traumatisés en vacances, dès qu’il faut faire un peu de route dans la voiture de ses grands-parents ! Et pourtant, ce calamus a quelquechose de féminin, de sensuel, en tête il est presque frais, hespéridé, camphré, effet qui part pour laisser place à cette note voiture ! … Idéal dans un bon vieux chypre cuir !